L'allongement

L’allongement d’un avion est le rapport entre le carré de son envergure (L) et sa surface alaire et est caractérisé par la relation suivante :

 

            λ=L²/S

S= surface des ailes : (voir schémas ci-dessous)

 

surface-et-longueur.jpg

 

Plus l’allongement de l’aile est important, moins la traînée est importante.

En fait l’allongement influence la traînée induite dans les proportions importantes. La recherche d’une traînée minimale et d’une portance optimale passe parfois par des ailes de grand allongement.

C’est le cas pour les avions de lignes et pour les planeurs. Toutefois les ailes de grand allongement entraînent une plus grande inertie de l’avion au gauchissement (moment pendant lequel l’avion tourne) et donc une agilité moins bonne.

 

Exemple d’application de la formule :

            - Dans le cas d’une aile totalement rectangulaire, il suffit de faire le rapport entre le carré de l’envergure de l’aile (L²) et la corde de n’importe quelle coupe transversale de son profil (S).

 

 schemas-1-de-l-allongement-1.jpg

 

            -  Dans le cas de l’aile qui suit, aile trapézoïdale, il est impossible de prendre arbitrairement la longueur de la corde en n’importe quelle coupe transversale de l’aile. Il suffit de prendre la longueur de la corde moyenne (Sm) et le carré de l’envergure de l’aile (L²).

 

schemas-2-de-l-allongement.jpg

 

Nous pouvons donc conclure que lorsque l’allongement d’une aile est important alors sa traînée induite est faible (planeurs).

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site