La finesse

En faisant le rapport entre les deux coefficients de portance Cz et de traînée Cx, on dispose d’un bon moyen de visualiser les performances aérodynamiques d’un avion. Elle est définit par la relation suivante :

numeriser0002.jpg

En effet, en construisant un avion, on cherche à fabriquer un système capable de créer une force portante qui s’oppose à son poids tout en ne consommant pas trop d’énergie autrement dit un système qui crée beaucoup de portance et très peu (ou du moins) de traînée.

La finesse varie en fonction de l’incidence et connaît une valeur maximale qu’on appelle « finesse max » pour une certaine valeur de l’incidence.

 

polaire-de-la-finesse.jpg

-la portance est nulle au point A

-finesse maximale au point B , le rapport Cx/Cz est le plus grand

-portance maximale au point C

-le point est le point où l'aile décroche

 

Il est intéressant de pouvoir déterminer cette valeur de l’incidence. Cela est possible grâce à la polaire (voir définition de la polaire dans la partie II-polaire), sur laquelle on peut lire la valeur de l’incidence de finesse max : la droite représentée ci-dessus est tangente à la courbe au point d’incidence de finesse max, le point « incidence de finesse maximale est le rapport portance/traînée qui est le plus élevé, c’est celui dont on se servira pour créer le profil d’aile de l’avion.

Plus généralement on dit que la finesse est la distance que parcourt un avion durant 1 km.

Les avions légers les plus courants ont une finesse maximale égale à 8 ou 12, rarement plus de 20. Ils sont capables de franchir en plané une distance égale à 8 ou 12 fois leur hauteur.

Les planeurs sont les aéronefs qui ont le plus de finesse, par exemple, pour un planeur qui a une finesse de 30, il pourra parcourir 30 km en perdant 1km d’altitude. Les meilleurs planeurs de compétition ont une finesse maximale qui peut dépasser 60.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site