Le contrôle du tangage

Pour faire monter l’avion, il faut lui basculer le nez vers le ciel et pour le faire descendre, il faut lui basculer le nez vers le sol. Autrement dit, il faut provoquer une rotation autour de l’axe de tangage. C'est-à-dire celui qui joint les extrémités des deux ailes. En pratique, on joue sur la portance de l’empennage horizontale.

Si on augmente sa portance, la queue de l’avion va monter et le nez va basculer vers le sol : l’avion descendra.

Si on diminue sa portance, la queue va s’enfoncer et le nez de l’avion va basculer vers le ciel : l’avion montera.

Il est à noter qu’initialement pour un vol en palier équilibré, l’empennage horizontal de l’avion est déporteur (c'est-à-dire que sa portance est orientée vers le bas).

Les modifications de la portance de l’empennage horizontale sont obtenues en braquant la gouverne de profondeur. Celle-ci permet de modifier le profil et l’incidence de l’empennage horizontale.

On peut choisir de basculer entièrement l'empennage horizontal (empennage monobloc). Les variations de portance sont alors obtenues simplement par la variation de l'incidence de la gouverne.

Les mouvements de la profondeur sont symétriques sur la partie droite et la partie gauche de l'empennage horizontal.

La commande de profondeur n'a pas d'effets secondaires sur la trajectoire. Toutefois, si on tire sur le manche, la montée que l'on amorce engendre une diminution de la vitesse si on n'augmente pas le régime moteur. De même si on pousse sur le manche, il faut réduire les gaz pour éviter que la vitesse n'augmente.

Voici ces explications mise en valeur grâce à des shémas:

axe-de-tanguage.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site